Votre Newsletter

Recevez le meilleur de la Pétanque chaque mois
mardi, 20 octobre 2015 09:37

Historique de la Pétanque

 

Historique de la Pétanque et de la F.I.P.J.P (Source : Le Site de la fipjp)

Les Débuts
Tout bouliste digne de ce nom sait que la Pétanque est née en France. Mais les origines remonte à la nuit des temps. Sans remonter jusqu'à Adam et Eve qui ont pu jouer à un jeu similaire avec des galets ou des pommes bien rondes, il est certain que déja Homo Erectus qui avait besoin de s'entraîner pour améliorer son habileté de chasseur ou de guerrier.
On peut très bien penser que nos ancêtres, à un moment ou à l'autre ont imaginé de s'entrainer sous forme ludique et auraient alors inventé la compétition.
Des jeux où il fallait viser et toucher... Voilà l'essentiel même de la Pétanque. Les différents objets ou outils utilisés ont fait que les jeux se sont développés dans des directions différentes.

Egypte
Les plus anciennes preuves de l'existence de jeu de boules ou de ballon se trouvent en Egypte. Les archéologues ont dans une tombe égyptienne qui date qui date d'environ 2 000 ans avant J.C. une peinture sur font jaune qui dévoile un jeu de lancer. D'autres fresques représentent des hommes qui ont roulé des boules en direction d'autres objets. Les Egyptiens avaient donc l'air de s'adonner à une sorte de jeu de quilles, ce qui devait avoir une certaine importance puisque on a eu le besoin de l'immortaliser.

 

Grèce
En Grèce on introduit une galet-cible. Certains chercheurs ont retouvé des traces dans tout l'Antiquité grecque. Au début les pierres de jet étaient assez lourdes, mais ont été allégées par la suite. Le matériel a changé des pierres aux formes et poids différents on est passé au fer qui donne la possibilité d'avoir des "boules" de même poids et de même forme, avec peut-être des faces différentes, une concave l'autre convexe.
Puisque le but du jeu était devenu d'arriver le plus prés une cible, ce n'était plus la force qui était le plus important.

 

 

Rome
Les romains oublièrent les palets plats pour les remplacer par des sphères. Les boules étaient au départ en pierre, puis en fer et enfin en bois enveloppées de fer. Le bois employé était certainemt le buis, bois très dur qui pousse abondamment autour de la Méditerranée. Le buis s'appelle en latin "buxus". Certains linguistes y voient l'origine de l'italien boccia et de l'espagnol bocha.
Au musée Campona de Florence, sur l'un des côtés d'un sarcofage une scène représente des enfants en train de mesurer un point, ce qui veut dire qu'il avait une sorte de "but ou de "cible". De plus il y a un temple où des adultes jettent des boules avec élan.
Comme on le sait les romains ont conquis une grande partie de l'Europe et apporté les "bienfaits de la civilisation", dont naturellement les jeux de boules font parties.

Le Moyen Age
Pendant le Moyen-Age les jeux de boules comquièrent la France, l'Angleterre et des parties importantes de l'Allemagne. Il n'y a pas de 
règles universelles. Chaque pays, chaque région, chaque province a ses règles spécifiques. Généralement, les boules étaient en bois, de différentes grosseurs et de poids différents,

 

certaines étaient cloutées, d'autres cerclées de fer. Quelques variantes sont encore pratiquées dans certaines régions en France. Les jeux de boules deviennent si populaires qu'on assiste à une véritable "boulemania". Les gens d'armes délaissent leur entraînement pour s'addoner aux jeux de boules. Philippe V "le Long" en 1319 et ensuite en pleine de guerre de Cent Ans Charles V "le Sage" en 1369 se voient obligés par diverses

 

 

 

certain nombre de jeux: boules, billes, quilles, palets, dés, paume, etc.
Les jeux de boules trouvent alors un asile dans les monastères dont les murrailles mettaient les mettaient à l'abri des regards indiscrets. Les moines auraient donc été les premiers à jouer dans des boulodromes.

 

certain nombre de jeux: boules, billes, quilles, palets, dés, paume, etc.
Les jeux de boules trouvent alors un asile dans les monastères dont les murrailles mettaient les mettaient à l'abri des regards indiscrets. Les moines auraient donc été les premiers à jouer dans des boulodromes.

 

distinction de sexe.
Pieter Brueghel l'Aîné (env 1528-1569) les peints dans ses fresques villageoises. Dans la toile intitulée "Jeux d'enfants" on voit deux petites filles et un petit garçon jouant aux boules.
1588, à Plymouth Hoe, sur la côte sud-ouest de l'Angleterre, une sentinelle signale au vice-amiral de la Flotte, Sir Francis Drake qui jouait aux boules sur la plage l'arrivée imminente de l'Armada espagnole, celle-ci qui qui est passé à la prosperité comme

 

 

l'Invincible". Au lieu d'arreter le jeu, Sir Drake aurait répondu: "J'ai encore le temps de gagner cette partie et ensuite d'aller battre les espagnols".

Les differents jeux de boule commencent à cultiver leurs particularités nationales. En France et en Italie on joue sur la terre battue, en Angleterre sur l'herbe. Les français cloutent leurs boules en bois. Les italiens les vernissent.

 

XVII Siècle
Les pouvoirs avaient toujours favorisé est jeu à caractère militaire: arquebuse, arc, arbalète. Mais à la fin du XVIème siècle apparait un nouveau jeu qui va bientôt devenir une menace pour les jeux de boules et de quilles, pratiqués

 

par les paysans, les valets ou autres gens du "bas peuple". Il s'agit du "Jeu de Paume", ancêtre du tennis. En effet les premiers avaient toujours été des jeux simples ne nécessitant pas de mises de fonds importantes aussi bien pour les terrains mais aussi pour l'équipement. Le jeu de paume était pratiqué par l'aristocratie et la bourgeoiserie et exigé des salles de jeu et des raquettes. Il y avait donc de l'argent à gagner.
Le lobby des loueurs de salles et fabricants de raquettes dénigra si bien les bouleurs en présentant comme semeurs de désordre qu'ils jouaient sur les places publiques que le Parlement rédigea un decret en date du 7 septembre 1629 interdisant la
pratique du jeu de boules. Mais à fin du siècle, sous l'influence de Henri de Turenne, maréchal de France, ces interdictions disparaissent. Elles n'avaient jamais été vraiment appliquées.

 

XVIII & XIX Siècle
Les Jeux de boules ne meurent pas, bien au contraire. Alors que les jeux de boules étaient joués essentiellemnt par des soldats et gens simples ils commencent à êre pratiqués par la bourgeoisie et la noblesse. Le philosophe et écrivain Diderot les décrit longuement et positivement dans son Encyclopidie.
Au cours du XVIII siècle on joue aux boules en gros comme nous les connaissons, surtout au sud de la France et la vallée du Rhône. Il y a avait deux branches principales: la Lyonnaise et la Provençale.
Pendant le XIX siècle le nombre de joueurs de boules explose dans toute la France. Ceci est du en partie par les changements suite à la révolution française.

 

Les jeux de boules, jeux du bas peuple
En effet, les jeux, les activités sportives et de loisirs - même si le mots n'existaient pas - avaient jusque là été plus ou moins réservés à la noblesse et d'une certaine manière à une bourgeoise quelque nantie. Nous avons constaté plus haut que lorsqu'un jeu devenait populaire chez les paysans ou les gens du bas peuple, ils étaient bientôt soumis à des interdits ou des restrictions diveres, qui les limitaient en temps et place. Les jeux simples, ce qu'il veut dire, les jeux pouvant se pratiquer dehors, dans les rues et les places publiques sans équipement spécial n'étaient pas très bien vus par les gens au pouvoir.
Les équipages princiers n'acceptaient pas de se voir retardés par jeux des "manants", jeux de boules et jeux de quilles. Les beaux marquis et belles marquises risquaient toujours de se faire éclabousser par boules arrivant à l'improviste. De plus un attroupement populaire pouvait toujours dégénérer. L'église voulait pas non plus que le peuple, pendant ses jours libres - et les jours libres étaient ou bien les dimanches et fêtes religieuses - s'adonne à des jeux de quelques sortes qu'ils soient.
La Révolution réquisitionna un grand nombre de salles où la noblesse et la bourgeoise s'andonnaient à leur sport favorit: le Jeu de Paume. Les locaux furent transformés d'abord comme salles de réunions et ensuite, quand la terreur fut à son apogée comme prisons, les locaux d'incarceration pour les "contre-revolutionnaires".
Le Jeu de Paume disparut de France et s'exila avec la noblesse en Angleterre. Le "Tenez" français passa la Manche pour devenir l'anglais "Tennis". Dans toute la France il devient plus facile de pratiquer les jeux populaires, en premier lieu les jeux de boule, crocket et quilles. Nous pouvons laisser ici les jeux de crocket et quilles et porter un regard sur les differents jeux de boules.

 

Le dimanche 28 avril 1792, en France pendant la Révolution... ou "Fumer tue"
Des jeunes du Comité Populaire vont à la rencontre une troupe de Gardes Nationaux envoyés à Arles pour réprimer une émeute. Ils se rassemblent au couvent des Recollets où étaient entreposés des munitions et des barils de poudre. Pour passer le temps, ils
prennent des boulets (de canon) et commencent à jouer aux boules sans penser au danger. Soit le fait de quelques fumeurs, soit des étincelles produites par le choc des boules entre elles toujours est-il qu'un explosion se produisit....
Il y eut 38 morts et un grand nombre de blessés.

 

La Boule Bretonne
L'un des plus vieux jeux de boules, fut d’
abord pratiqué en campagne, dans les chemins creux,

 

       dans les cours de ferme. Les hommes se retrouvaient le soir après une dure journée de labeur              avec des boules de bois, en frêne, chêne, orne, hêtre ou buis fabriquées par des sabotiers. La              boule en gaïac supplanta la boule en bois du pays jusqu’ aux années 60 où l’on vit apparaître la            boule synthétique de fabrication italienne. Les règles de jeu s'uniformisèrent au fil des années              sous l'impulsion de la fédération de l'Ouest de Boules Bretonnes.
       Les règles de jeu sont en gros similaires à celles de la Pétanque.

 

 

Les boules pèsent entre 600g et 1kg et le diamètre entre 93 et 100mm. Les terrains font au minimum 16 m de longueur, au maximum 20 m de longueur et 3 m largeur au minimum. Il faut de noter que le lancer ne se fait pas d'un cercle mais d'une ligne appellée "pal", à 1 m de la base du terrain. Voir site internet: La Boule Bretonne.

 

LA BOULE DES FLANDRES Ou BOURLE
Se jouait sur le rues pavées et places publiques en Flandre. Les bourles ont une face plus lourde que l’autre.

 

 

La face lourde, le " fort ", contribue à lui donner son mouvement. Très apparentée à la Boule de Fort qui se joue dans la région en Anjou et à la boule anglaise puisque comme eux les bourles ont un face convexe, "le fort". Le but ne se lance pas après chaque mène mais est un point fixe nommé l’étaque qui est scellé à l’extrémité de la bourloire dont la bourle doit se rapprocher le plus pour que le joueur marque le point. Il y a ans ans la bourle était pratiquement en voie de disparitipn. Des efforts de dernière minute ont

 

 

 

reussi à la sauver. La Federation aurait maintenant quelques 7 000 adetptes. Le jeu de bourles, Rémi Cogghe, Musée de Roubaix . Artikel dans Nord Eclair: La Bourle.

 

 

 

 

 

La Boule De Fort
L'un des nouveaux de boules. Il a commence à se pratiquer vers 1850 dans les pays de la Loire Inferieure. Les boules sont décentrèes et garnies d'un cercle de roulement en acier. Les terrains faits en terre finement damée mesurent de 18 à 29 mètres sur 6 à 7 mètres de large. La Boule de Fort n'est jamais répandue dans d'autres régions, mais rassemble enciron 20 000 joueurs.
Site internet: .

 

La Boule De Berges Appelée Boule Parisienne
La boule des berges ou boule parisienne est née en 1865 comme son nom l'indique. Les terrains très longs (28-32 m. x 2 m.), en terre damée sont limités par deux berges incurvées. Le cochonnet est une grosse bille d’acier appelé coco. Les parties se deroulent en 15 ou 21 points. Les boules qui pèsent entre 900 et 1200 grammes sont toujours striées.

 

LaBoule Lyonnaise
La boule lyonnaise comme son l'indique est née dans la région de Lyon et a été le premier jeu de boules a s'organiser et à recevoir le statut de sport. La première société officielle de boule lyonnaise, Le Clos Jouve est créée en 1850. En 1894 a lieu le premier grand concours de boule avec le Lyon Republicain comme organisateur. Il rassembla quelques 1 200 joueurs.
Les adeptes créent par la suite une fédération régionale (1922) puis nationale (1933). La Fédération Internatonale de Boules est créée en 1946. Enfin trois fédérations internationales, la Pétanque, la Raffa et la Sports Boules s'unissent pour créer la CMSB (Confédération Mondiale des Sports Boules. La Lyonnaise a environ 15000 licenciés en France et très representées dans dans de nombreux pays.
Les boules mesurent entre 90 et 110 mm. de diamètre pèsent entre 770 et 1300 gr. Les terrains sont de 2,5 - 4 mètres de large et 27,5 mètres de long et sont divisés en cadres. Une spécialité de la Lyonnaise est l'utilisation du "cinquante", une mesure en fer qui est à tracer un arc de cercle de 50 cm de rayon devant la boule ou le but que l'on va tirer. De plus les tirs au but ou à la boule doivent être annoncés. Ces tir ne sont bons que lorsque la boule de tir tombe à l'intérieur de cet arc de cercle.
Site internet:
Fédération Internationale de Boules.

 

Le Jeu Provençal
Cette forme de jeu de Boules a pendant le XIX sècle suivi la même parcours que les autres jeux. Commes les autres, il tient son nom de la région où il est né.
Les boules ont les mêmes poids et mesurent que la Pétanque, mais les terrains sont plus longs

 

 

(4x25 m). Un pratiquant de la Pétanque reconnait aisément 90% des règles du Provençal. Les plus grandes différences résident dans la distance du jet du but (15-21m) et dans la manière de jeter les boules. Le cercle de lancer est en fin de compte un cercle de départ. Le pointeur doit, avant de lancer la boule, faire un pas dans la direction de son choix puis jeter sa boule en se tenant sur une jambe. Le tireur quitte le cercle de départ, fait "trois pas" puis lance sa boule en plein élan dès qu'il pose le pied à terre. Comme à la Lyonnaise les tirs à la raclette ne sont pas permis. Mais ici la distance est d'un mètre

 

Pendant tout le XIX siècle le Provençal il est aussi important en Provence que la Lyonnaise à Lyon. De grands concours sont organisés avec des prix substantiels à la clé. De nombreux joueurs se font connaitre dans la région et à la manière provençale et comme les héros d'Homère ajoutent à leur nom des adjectifs expressifs: Le canonnnier, Grand César, le Gitan, Jules le Noir.
Gardez en mémoire le dernier nom. C'est lui qui est le père du plus jeune des Jeux de Boule: la Pétanque

 

Naissance De La Petanque
Jules le Noir n'aurait pas reçu son nom à cause de sa barbe noire, mais à cause de sa physionomie, de son visage "noir" quand il jetait ses boules. Sa mimique devint encore plus rebarbative lorsque il fut atteint de rhumatismes et cet ancien champion ne pouvant plus faire les trois pas obligatoires au Provençal fut assigné au rôle de spectateur d'un jeu qui lui avait rapporté par le passé argent et gloire.

Qui a l'idée de de changer quelque peu les régles pour permettre à Jules le Noir de jouer? Lui-même

 

Ou son ami Ernest Pitiot (ou Petiot)? Nous ne le saurons jamais. Celà a pu se passer comme ceci: Jules le Noir est assis sur sa chaise à l'ombre d'un chêne centenaire, barbe et canne pointées dans la direction de ses amis qui jouent au Provençal et s'amusent. En tant qu'ancien joueur d'élite - et de plus confiné au rôle de spectateur - le Noir voit toutes les fautes commises par ses copains et ne se prive pas de gesticuler et de se lamenter sur les fautes commises par ses amis. "Si je n'étais pas cloué par cette putain de chaise, je vous montrerais comment on joue.

 

 

" C'est à ce moment que la réplique, qui devait donner naissance à la Pétanque, a dû être prononcée. "Si seulement je pouvais jouer ped tanca " ou bien Petiot aurait dit: "Tu as toujours eu une grande gueule. D'accord! On joue ped tanca ! Montre-nous si tu es aussi fort".

 

La Ciotat - La Mecque De La Pétanque
Ni une, ni deux, on change quelques règles ici et là et Jules le Noir se joint au jeu. Ceci s'est passé en 1907 à
La Ciotat, un petit village de pêcheurs pas loin de Marseille. Sur un mur à La Ciotat une plaque commémore cet événement: "C'est en 
l'an 1910 sur ce terrain que fut créé le Jeu de PIED-TANQUÉ".

 

L'année affichée est celle du premier concours officiel de Pétanque. La Pétanque fait très vite de nouveaux adeptes. Les joueurs de Provençale ont vite compris les avantages que leur offrait la Pétanque. Les règles sont à peu près les mêmes mais donnent particulièremnt aux plus âgés d'autres possibilités. La Pétanque se developpe bientôt dans toute la Provence et dans le sud de la France si bien que en 1935, après seulement 25 ans, le nouveau sport compte 135 000 pratiquants, la plupart dans le sud évidemment mais avec quelques îlots dans la région parisienne. Jules le Noir n'était pas resté inactif sur sa chaise.

 

La Ciotat, en plus d’être le lieu de naissance de la pétanque est aussi le berceau du cinéma.
La famille Lumière y possédait en effet une résidence, ce qui explique le choix de la gare de la Ciotat pour le tournage de l’un des premiers films. La tradition veut que l'image d'un train qui venait directement vers lui ait terrifié le public, criant et courant vers l'arrière de la salle.
http://www.youtube.com/watch?v=2cUEANKv964

 

La Pétanque Pousse Le Cochonnet
Pendant l'entre-deux guerres un écrivain, dramaturge et cinéaste originaire du sud de la France nommé Marcel Pagnol (1895-1974) eut un énorme succès. A plusieurs reprises il dépeint dans ses romans, pièces de théâtre ou films des scènes des parties de Pétanque et contribue à faire connaitre la Pétanque dans toute la France. L'affiche ci-contre est une annonce réalisée par Albert Dubout ((1905-1976), pour le film "Fanny", où l'on voit une partie de Pétanque se jouant la Canebière, la rue de parade de Marseille.

 

Malgré l'appui du Jeu Provençal, la Pétanque n'arrive pas à se faire admettre au sein de Fédération de Boules. Ceci en partie du au fait que la Lyonnaise établie depuis longtemps ne pouvait pas accepter cette nouvelle forme de jeu qui lui faisait concurrence mis son veto à son admission en allégeant son manque de prestations physiques. Le 16 janvier 1945 le Provençal se retire de la Fédération de Boules

 

 et s'allie à la Pétanque pour créer la Féderation Française de Pétanque et de Jeu Provençal.

  Les règles, qui jusqu'alors avaient été quelque peu confuses sont précisées et la Pétanque part à la   conquête de la France et est aujoud'hui la sixième Fédération française de Sports. En même temps   que la Pétanque se répand dans toute la France et trés vite sort des frontières de l'hezagone, bien     sur d'abord dans les pays voisins et les colonies, et plus tard grâce aux émigrés francais et               d'autochtones ayant des contacts culturels ou autres avec la France

 

 

Création De La F.I.P.J.P.
En 1957, à l'occasion d'un tournnoi international à Spa, Belgique, sont posées les bases d'une Féderation Internationale de Pétanque. A cette réunion étaient representés: la Belgique, la France, le Maroc, Monaco, la Suisse et la Tunisie.

 

 

 

Cinq mois plus tard, le 8 mars 1958, renforcés par l'Espagne décident la création de Fédération Internationale de Pétanque et Jeu provençal (F.I.P.J.P.).
Le premier Championnat du Monde eut lieu à Spa. Quatre championnats seront disputés jusqu'à ce que, à cause de problèmes internes dans plusieurs fédérations il ne fut plus possible de travailler et la France quitta en 1964 la Fédération Internationale. En 1966 la F.I.P.J.P. se

 

 

La France aussi, avait à cette époque des problèmes de dirigeants mais réussit en quelques années à les résoudre et décide en 1969 de redonner la vie à la F.I.P.J.P. Ce qui est fait l'année suivante, en 1970 à Marseille. Depuis lors les Championnats du Monde ont été organisés sans interruption. Des sept fédérations fondatrices la F.I.P.J.P. est passée à 80 membres sur cinq continents et le nombre de joueurs licenciés dépassent maintenant le demi-million.

 

Création De La C.M.S.B.

 

Des discussions entre trois Féderations Internationales de Boules - F.I.P.J.P., C.B.I. et F.I.B. ont abouti le 21 decembre 1985 à Monaco à la création de la Fédération Mondiale Sport Boules, plus tard Confédération Mondiale des Sports de Boules (C.M.S.B.). La Confédération a été reconnue le 15 octobre 1986 par le Comité International Olympique (C.I.O)